👼 Existe-t-il un vaccin contre la tuberculose ?

Oui, bien-sûr. Deux français, Albert Calmette et Camille Guérin, respectivement médecin et vétérinaire, ont, au début du XXème siècle, mis au point le vaccin BCG en faisant pousser une souche de Mycobacterium bovis (bactérie de la tuberculose des bovins) sur un milieu de culture particulier. Après plusieurs années de culture et de tests, ils obtinrent une bactérie non pathogène et immunogène, c’est à dire que la bactérie administrée chez les êtres humains non seulement ne les rendait pas malade mais avait en plus le pouvoir de les protéger de la tuberculose. Cette bactérie fut appelée « bacille de Calmette et Guérin », puis BCG ; c’est elle qui est utilisée comme vaccin contre la tuberculose.(10,11)
Les premières vaccinations chez l’être humain commencèrent dans les années 1920. Depuis le vaccin BCG a été un des vaccins le plus utilisé au monde et à l’heure actuelle, près de 100 millions d’enfants reçoivent le vaccin BCG chaque année.(3)
La vaccination est faite par voie intradermique : le vaccin est injecté dans la peau, et non pas sous la peau ou dans le muscle comme pour la plupart des vaccins, grâce à une petite aiguille très fine. L’injection du liquide contenant le vaccin, pratiquée sur la face externe du deltoïde du bras gauche, fait une petite papule qui s’estompe rapidement.(6,12) La vaccination par le BCG a pour principal effet de protéger les nourrissons et les jeunes enfants des formes graves de la tuberculose qui surviennent précocement après la primo-infection que sont les méningites tuberculeuses et les tuberculoses disséminées. Il confère également aux enfants une certaine protection contre la tuberculose maladie (et l’infection tuberculeuse). La vaccination par le BCG est donc actuellement recommandée pour tous les enfants ayant une probabilité élevée d’exposition à la tuberculose.(6,7)
La vaccination des adultes par le BCG n’est normalement pas recommandée. Elle est néanmoins parfois envisagée pour certaines personnes confrontées à des situations particulières, en cas de contact rapproché avec des cas de tuberculose résistante au traitement antibiotique sans possibilité de l’éviter, par exemple. Le renouvellement de la vaccination par le BCG n’a aucune efficacité prouvée.(2)